L'eau

Introduction

Une histoire fortement liée à l’eau

EN SAVOIR PLUS

Des sols qui constituent le territoire de la commune (des marnes d’une ancienne mer et des galets déposés par le Rhône notamment) aux nombreuses sources, lacs, canaux qui l’irriguent aujourd’hui, on peut sans conteste affirmer que l’histoire de Bellegarde est fortement liée à l’eau.
En piedmont de costière, la commune est naturellement le point de résurgence de nombreuses sources; plus de 14 ont été dénombrées et c’est sans aucun doute l’élément qui a favorisé dès la préhistoire l’installation des hommes.
Bien que ces derniers bénéficient quotidiennement aujourd’hui encore, sans trop en prendre conscience, de cette richesse et particularité unique du territoire, ce sont surtout les aspects négatifs de cette présence qui ont particulièrement influencés le développement de la ville. Parmi eux sont à relever les turpitudes de deux cours d’eaux : Le Rhône – Le Rieu, dont les aléas sont pris en compte dans les règlements d’urbanisme.

L’IRRIGATION ET L’ASSAINISSEMENT

Un réseau régional

EN SAVOIR PLUS

L’irrigation

Elle est principalement marquée par la présence du réseau du Bas Rhône Languedoc (BRL). Ce réseau régional créé à partir de 1960 avec la réalisation sur Bellegarde de la station de pompage Aristide Dumont puise l’eau du Rhône pour la distribuer sur le plateau de costières et bien au delà. Voir fiche du Réseau BRL Rhône

L’assainissement

Dans les terres basses de la plaine installées à quelques centimètres du niveau de la mer, la problématique est tout autre. La préoccupation première est d’assurer l’assainissement permanent de ces zones qui, il y a moins de 200 ans, étaient encore des marais. C’est une surface totale de 12814 ha (dont 1750 ha pour Bellegarde) qui est concernée. Un Syndicat Intercommunal d’Assainissement Agricole créé depuis 1962, assure cette tâche tout comme l’entretien des réseaux de canaux, fossés, roubines, martellières, vannes et pompes qui lui permettent de répondre à sa mission. L’exutoire principal des eaux drainées est le canal de navigation de Beaucaire à Aigues Mortes au lieudit de Broussan.

 

 

Voir fiche du Réseau BRL Rhône

L’eau loisirs

Il est indéniable que les kilomètres de ruisseaux, de canaux et surfaces de lacs, recensés sur la commune constituent une particularité du territoire et une richesse environnementale à préserver, compatible avec la pratique d’un tourisme doux.

EN SAVOIR PLUS

La pratique de la pêche à la ligne a, bien entendu, trouvé sur la commune toutes les conditions pour se développer. Deux sociétés de pêche avec chacune leurs baux de pêche respectifs, accueillent les amoureux de la nature, paisibles de surcroît, que sont les pêcheurs amateurs ou plus expérimentés.

 

La navigation
Ouvert en 1805, le canal de Beaucaire à Aigues Mortes, constitue aujourd’hui une voie d’eau agréable et sûre, pour la découverte originale des communes qui la bordent.
Dans cette perspective, la commune de Bellegarde a réalisé courant 1997–1998, un port de plaisance pour accueillir les visiteurs. Aujourd’hui ce port sous gestion intercommunale dispose d’un service de location de bateaux sans permis et de péniches gites / hôtels.

Sport nautique
C’est au lac du haut broussan (privé) qu’est installée une base nautique. Même si le lieu accueille aussi parfois des épreuves de sélection nationale de pêche en float tube, le site est avant tout le rendez-vous des pratiquants amateurs et professionnels de jet ski.
Plus d’info

La Baignade.
Aucun lieu autorisé n’existe pour l’instant.

Manger au bord de l’eau
Chacun dans leur cadre et charme respectif, trois lieux vous accueillent pour vous proposer des menus à découvrir et partager entre amis.

  • Au port de plaisance : le restaurant la halte nautique
  • Au bord du canal en direction de Saint-Gilles, la guinguette du Pont de Broussan
  • Sur le plateau, au bord d’un lac privé: A la base nautique du lac du Haut Broussan

L’EAU – UN RISQUE A CONSIDERER

LE RUISSEAU “LE RIEU”

EN SAVOIR PLUS

LE RUISSEAU “LE RIEU”
Si son cours tranquille et régulier qui traverse la ville a alimenté bon nombre de jardins et moulins jusqu’au 19ème siècle, “ses estrades” ou crues ont aussi causé bien des drames et restent encore une préoccupation de nos jours. Le ruisseau est en effet l’exutoire naturel de deux de bassins-versants. Lors de fortes pluies son débit peut en quelques heures passer de 200 m3/h à plus de 200 m3/s soit un débit multiplié par 3600.

La ville et la maîtrise des crues du Rieu
Depuis les années 1980, la commune a engagé des travaux afin de mieux maitriser les aléas du Rieu. Ces actions se sont effectuées chronologiquement sur 3 axes.

  • la déviation des crues par la réalisation d’un canal de contournement Est du centre-ville
  • la réalisation d’un lac et d’une digue brise embâcle. Lors de crues et compte tenu de l’étroitesse du lit du ruisseau, des amoncellements de débris peuvent former des barrages qui dès lors entre en charge. A la rupture de ces barrages, une vague destructrice peut alors se former et atteindre le centre ville. D’une surface de 2 hectares ce lac “tampon” à l’entrée de la ville permet à la vague de s’élargir et donc de perdre en force. Une digue de rochers et béton constitue le frein final. En temps normal, hors crue, le site dénommé lac des Moulins est un agréable lieu de loisirs et de promenade dominicale.
  • des bassins écrêteurs. Le Rieu a pour exutoire naturel la plaine au sud de la ville et principalement le canal de Beaucaire à Aigues-Mortes. Ce canal a un tirage insuffisant lors de fortes pluies si bien que les eaux en crue du Rieu finissent par envahir la plaine et les habitations qui y sont installées. La fonction de ses bassins écrêteurs est de stocker le plus possible les eaux de crues du Rieu jusqu’à un retour à des conditions météo normales (généralement 24h plus tard). Les eaux sont alors relâchées progressivement ensuite dans le lit du Rieu.

L’aspect novateur du système ne réside pas dans la création et fonction même de ces lacs mais plutôt dans l’utilisation par la commune d’un partenaire présent sur son territoire : le Carrier Lafarges. L’entreprise creuse et exploite les matériaux, puis cède ses trous à la commune qui les utilise alors en bassins. Le carrier évite ainsi ses obligations et coûts de rebouchage. La commune évite, elle, d’importants coûts de terrassement, d’ingénierie, de stockage et déplacement de terre. En temps normal, hors crue, ces bassins sont des lacs ouverts à la pêche à la ligne voire même à la pratique du jet ski. Ainsi outre leur fonction sécuritaire, ces lacs constituent un plus en matière de loisirs et même d’environnement avec la présence de nombreux oiseaux. Actuellement 4 lacs, représentant une surface de 80 ha composent à l’ouest de la ville ce système de stockage. 3 sont propriétés communales. 1 est privé (base de jet ski). Un 5ème en cours d’exploitation par le carrier devrait d’ici quelques années s’ajouter au système.

LE RHÔNE.
A une tout autre échelle, il a modelé au cours de son histoire le territoire de Bellegarde. Laissant sur le plateau des Costières des tonnes de galets emportées des Alpes, et creusant bien plus tard ce qu’est aujourd’hui la plaine de petite Camargue avec ses zones marécageuses.
Aujourd’hui, le fleuve coule à 5 kilomètres au sud de la commune, mais la puissance de ses crues constitue encore un danger. Depuis 1856, période de la « grande crue » le Rhône est canalisé par un réseau de digues. Néanmoins en décembre 2003, ces digues (du fait aussi d’un manque d’entretien) ont montré leur insuffisance entrainant nombreux dégâts. La moitié de la commune en décembre 2003 a été sinistrée avec durant plusieurs jours des hauteurs d’eau variant entre 40 cm et plus de 2 m.

La gestion des digues et surveillance du Rhône
Suite à la crue de décembre 2003, il est très vite apparu la nécessité d’une gestion du fleuve et de ses digues dans son ensemble et non comme jusqu’alors une gestion sans concertation par bassin de région, voire par commune ou syndicat de communes. Dans cet objectif, l’Etat a nommé un préfet du Rhône en charge d’organiser entre autres la sécurisation des digues du fleuve. Pour la partie de Beaucaire/Tarascon à la mer, un Syndicat Mixte Interrégional d’Aménagement des Digues du Rhone à la Mer (SYMADREM) a été créé. Le Symadrem intervient sur 220 km de digues fluviales, 5,5 km de quai maçonnés, 25 km d’ouvrages maritimes.
Cet établissement public dont les recettes de fonctionnement sont issues des participations des collectivités membres et ses recettes d’investissement de subventions publiques, concentre trois grandes compétences: l’expertise technique, la connaissance du terrain, la gestion administrative et financière.
L’objectif à l’horizon 2025 est d’avoir un système d’endiguement entièrement sécurisé jusqu’à la crue millénale.

 

L’EAU POTABLE

Bellegarde est encore une rare commune à assurer la gestion de son eau potable sans faire appel à un prestataire.

EN SAVOIR PLUS

Bellegarde est encore une rare commune à assurer la gestion de son eau potable sans faire appel à un prestataire. En clair ce sont les services de la ville qui assurent l’entretien des réseaux, les raccordements aux habitations, le relevé des compteurs et la facturation. Et c’est la ville (ses élus) qui fixe le prix du m3 cube d’eau consommé. Un prix qui est certainement l’un des plus bas du département du Gard avec moins de 2€ le m3 eau et assainissement compris (en 2019, le prix du m3 d’eau est de 0.55€).
Pour rappel, l’eau en elle-même est gratuite. C’est son transport, son traitement et contrôle de qualité qui a un coût. Et c’est ce coût que facture la commune à ses habitants.

Mon compteur d’eau et démarches

  • Facturation et paiement
    La facturation est semestrielle. Elle est adressée par le Trésor public (perception de Beaucaire) aux abonnés. Le paiement peut s’effectuer selon les manières suivantes :
    – Paiement en ligne via le serveur tipi
    – Paiement par chèque bancaire à l’ordre du Trésor public adressé à la Trésorerie de Beaucaire 1 Avenue de la Croix Blanche, 30300 Beaucaire.
  • Quelques rappels
    – Le compteur est loué par la ville. Le locataire est responsable de son entretien et état. Il a notamment la charge d’assurer une protection de son compteur contre les risques de gel et le rendre accessible aux agents en charge du relevé semestriel.
    – Toute fuite après compteur relève du locataire. Il a à charge la réparation et consommation d’eau comptabilisée.
    – en cas de fuite d‘eau avant compteur. Contacter le service technique de la ville 04 66 01 68 76 du lundi au vendredi 8h à 16h.
    Hors horaires semaine et weekend contacter le service astreinte mairie : 06 89 30 38 94.
  • Changement d’adresse (en cas de location) ou de propriétaire. Pensez à signaler cette modification en mairie (service régie de l’eau) via le Formulaire de déclaration.
  • Règlement de gestion de votre compteur d’eau voir le document.

 

La ressource en eau potable
Bien que peu chère, l’eau autant en quantité qu’en qualité, reste un bien à préserver.
La commune a engagé diverses actions pour protéger la qualité de cette ressource sur son territoire et autour de ses captages. Mais la quantité d’eau disponible dans les nappes phréatiques qui alimentent la ville dépend elle de la pluviométrie. Des périodes de sécheresse prolongée ont par conséquent un impact direct sur l’approvisionnement en eau potable. Le préfet du Gard compte tenu de la situation peut alors imposer des mesures progressives de restrictions d’utilisation. Les nappes qui concernent la commune de Bellegarde se nomment nappes de Vistrenque et Costières. Elles s’étendent sur une superficie de 530 km² et alimentent une quarantaine de communes du sud du département du Gard.

Les nappes de Vistrenque et de Costières

Suivre le Bulletin de situation des nappes